Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Les Petits Artistes de la Mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants

Les Petits Artistes de la Mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants

Page extraite du carnet lauréat de la 10ème édition (2015-2016) du concours, celui de l’école Nikaïa de Nice
© ONACVG
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Pluridisciplinaire et ouvert à la créativité des élèves, le concours des « Petits artistes de la Mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants »  invite les élèves de CM1-CM2 à s’approprier l’histoire du conflit, à partir de l’appréhension de ses mémoires, par l’élaboration d’une production artistique et une réflexion sur son héritage contemporain.

L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) s’attache depuis de nombreuses années à transmettre aux jeunes la mémoire des conflits contemporains de manière originale.

Ce concours scolaire, ouvert prioritairement aux classes de CM2, a vu le jour en 2006 à l’occasion du 90e anniversaire de l’ONACVG. Il vient combler, auprès des plus jeunes, la disparition dans nos familles de nos derniers témoins de la Grande Guerre.

Dans le cadre du Centenaire, ce concours est tout naturellement devenu le concours scolaire du Centenaire pour le 1er degré.

L’ONACVG invite les élèves à s’approprier l’histoire des poilus et à la transmettre en devenant des « Petits artistes de la Mémoire ». Aidés de leurs enseignants, les élèves choisissent un soldat de la Grande Guerre originaire de leur commune ou/et de leur famille et partent à la recherche des traces et des témoignages qu’il a laissés dans la famille et au cœur des archives municipales ou départementales.

Après avoir mené une minutieuse enquête et en s’inspirant des carnets de guerre de poilus sur le front, les enfants confectionnent à leur tour une œuvre mémorielle retraçant le parcours de « leur » Poilu. Le carnet peut s’intégrer dans un dispositif artistique plus vaste (structure, œuvre audiovisuelle, numérique). Une mention numérique a d’ailleurs été créée depuis l’édition 2015-2016.

Peintures, aquarelles, croquis, poèmes, textes courts, vidéos, etc. : les travaux qui se distinguent par la qualité de leur contenu historique et artistique, l’originalité et l’émotion qu’ils dégagent sont distingués par le jury national. La classe lauréate est invitée à la cérémonie de remise des prix et à une journée de visite de lieux de mémoire, dont le lieu peut changer chaque année.

S’inscrire au concours, c’est, pour les élèves et les enseignants de CM2 ouvrir les nombreuses portes d’une belle et riche aventure. Elle va les amener, durant quelques mois, grâce à un riche travail interdisciplinaire (histoire, littérature et arts plastiques entre autres) à remonter le temps, celui de leur ville ou village, à découvrir le quotidien d’un poilu parent ou inconnu et à réaliser, en équipe, un carnet de poilu, récit des temps de guerre, fruit de leurs recherches, de leur imagination et de leur créativité.

Tous les participants et les carnets reçus des quatre coins de France et d’outre-mer – et depuis peu de l’étranger – témoignent de la magie opérée par ce travail qui marque durablement enfants et professeurs.

Au-delà des bénéfices purement éducatifs, le concours redonne confiance aux élèves en difficulté, renforce la cohésion de la classe, retisse le lien social, civique et intergénérationnel.

L'édition 2016-2017

Les principales nouveautés de ce règlement étaient l'introduction de deux mentions exceptionnelles liées à l’année mémorielle 2017, une mention « Chemin des Dames » et une mention « débarquement américain », pour les meilleurs travaux ayant choisi de traiter ces thèmes du conflit.

À l’occasion de la onzième édition, la mention numérique ou audiovisuelle qui vient récompenser les classes choisissant le parti pris du numérique est bien évidemment maintenue. L’œuvre en question devra avoir une réelle plus-value interactive et ne pas avoir de « numérique » que son support (pas de PowerPoint ou de PDF où il n’y a aucune interaction). Les enseignants peuvent se diriger vers les travaux réalisés ou parrainés par Mission explo, et plus particulièrement leur opération « La mémoire du poilu », une entreprise qui a été initiée par des enseignants d'écoles élémentaires et qui organise des interventions et sorties scolaires. Un de ces travaux réalisés par des élèves du premier degré est à ce titre très parlant : il s’agit d’un petit film animé qu'il est possible de visionner en ligne. Il s’agit évidemment d’un exemple afin de comprendre ce qui est demandé, et non d’un exemple à reproduire à l’identique.

L'édition 2017-2018

Pour cette 12ème édition, le jury portera une attention particulière aux travaux abordant des sujets en lien avec l'actualité mémorielle de l’année 2018 : notamment l’armistice, la fin de guerre, le retour des soldats et des prisonniers, les derniers combats, etc.

Une mention spéciale « armistice » sera d’ailleurs décernée cette année. Elle récompensera le plus beau travail consacré au retour à la paix (retour des soldats, blessés ou non, vers la société civile et dans les familles, réconciliation franco-allemande).

Vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe. La fiche d’inscription est à renvoyer au service départemental de l’ONACVG de votre département.

> Fiche d'inscription au cours pour l'année 17-18
> Télécharger le réglement du concours

Ce concours est organisé en partenariat avec la Direction des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives du Ministère des Armées (DPMA), le Groupement d’intérêt public (GIP) « Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale 1914-2014 », le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux, la Fondation Varenne, la Fondation CARAC, l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, le Souvenir Français, le Comité National du Souvenir de Verdun, la Fondation des mutilés et Invalides de Guerre, la Fédération nationale des Combattants Prisonniers de Guerre et Combattants d’Algérie, Maroc et Tunisie, l’Association Républicaine des Anciens combattants et l’Union Nationale des Combattants. Cette opération est soutenue par les fonds des associations ou fondations partenaires et par l’œuvre Nationale du Bleuet de France, son premier partenaire financier.

Le concours reçoit le patronage conjoint du ministère des Armées et du ministère de l’Éducation nationale.

La convention cadre du 25 octobre 2011, signée entre le ministère de l’Éducation nationale, le Ministère des Armées et l’ONAC-VG est venue renforcer l’importance du concours « Les petits artistes de la mémoire » auprès de la communauté éducative.