En France > Champagne Ardenne > Ardennes > Le Musée Guerre et Paix en Ardennes

Le Musée Guerre et Paix en Ardennes

© Carl Hocquart / Musée Guerre & Paix en Ardennes
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Nouveau musée en partie consacré à la Grande Guerre, le musée Guerre & Paix en Ardennes a ouvert ses portes au public le 23 janvier 2018.

Le propos du Musée

Le Musée Guerre et Paix en Ardennes a pour vocation de présenter l’histoire des Ardennes durant les trois guerres de 1870, 1914-1918 et 1939-1945. Son propos est d’une grande originalité puisqu’il est consacré à trois conflits majeurs alors que les musées liés à l’histoire des guerres contemporaines ne concernent en général qu’un seul conflit.

Le Musée Guerre et Paix en Ardennes a reçu le label de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Cette reconnaissance s’ajoute au parrainage de deux autres institutions prestigieuses qui ont accepté de s’associer officiellement au lancement du Musée: « The United States World War One Centennial Commission » et « The Royal Canadian Legion ».

Le Musée situe l’histoire des Ardennes dans son contexte général, national, international, pour en saisir toutes les interactions et en faciliter la compréhension. L’histoire est présentée en continu, de 1852 à 1945. Ce choix permet de saisir les enchaînements sur le temps long, les continuités et les ruptures.

Le discours est enrichi par une présentation plurielle de l’histoire des guerres, incluant les dimensions militaire, politique et diplomatique, économique et technique, sociale et culturelle. La vocation du musée dépasse la simple leçon d’histoire. Il tente de donner du sens au présent au regard du passé.

Une ambition culturelle

Pour le Conseil départemental des Ardennes, le Musée Guerre et Paix en Ardennes doit devenir une porte d’entrée vers des sites de mémoire du département. Le Musée propose en effet un récit des événements historiques qui se sont déroulés dans les Ardennes, qui trouvera son prolongement naturel par la découverte des « traces » que les conflits ont laissées sur le territoire (Maison de la Dernière Cartouche à Bazeilles, Fort et Batterie des Ayvelles, circuit du Sergeant York, ouvrage de la Ferté-sur-Chers, circuit de la Bataille de Stonne…).

Nouveau visage, nouvelle scénographie

La grande force du Musée n’est pas de relater trois conflits majeurs, mais bien de considérer qu’il s’agit là d’une seule période : l’Histoire y est présentée en continu, de 1870 à 1945, afin de saisir les enchaînements sur le temps long, les continuités et les ruptures. Les frustrations de la guerre de 1870 ont nourri les conditions de déclenchement de la Grande Guerre, tandis que la période d’instabilité économique et politique qu’a vécu l’Allemagne au cours des années 1920 et 30 a favorisé la montée du nazisme et dessinait déjà les prémices de la Seconde Guerre mondiale.

Le discours est enrichi par une présentation plurielle de l’histoire des guerres, incluant les dimensions militaire, politique et diplomatique, économique et technique, sociale et culturelle.

Une collection riche de 14.000 objets

La collection du Musée peut être répertoriée en six grands ensembles :

  • Le matériel lourd : la collection se compose d’une cinquantaine d’engins de reconnaissance, de transport de troupes et matériels, des services auxiliaires, véhicules civils… Par sa rareté et sa diversité, le matériel lourd constitue l’ensemble phare de la collection départementale, notamment le matériel français et allemand de la Seconde Guerre mondiale.
  • Les uniformes, coiffes et équipement : la collection comprend 135 uniformes complets et 28 bustes.
  • L’armement individuel et collectif : le Musée possède une collection d’armes dont la richesse et la diversité permettent d’installer des réserves visitables en périphérie des espaces d'exposition.
  • Les objets de la vie quotidienne du soldat : la collection regroupe des objets du paquetage du soldat liés au bivouac, à l’hygiène, à l’alimentation et aux loisirs.
  • Les objets de culture de guerre : la collection se compose d’objets liés à la conscription, au patriotisme, aux enfants, à la protection des civils, aux restrictions, aux solidarités, à l’occupation, à la résistance, au deuil, à la commémoration… Elle permet d’aborder la production culturelle et la mobilisation de tous durant les conflits.
  • Le fonds iconographique et documentaire : la collection comprend des affiches, des journaux, des estampes, dessins et tableaux, des cartes postales, des photographies et albums…

Les dispositifs muséographiques

La muséographie associe à la fois une muséographie d’objets, par le biais de présentations classiques en vitrines, et une muséographie plus immersive à travers des mises en ambiance, des décors et reconstitutions, des images et du son, des dispositifs d’interprétation… Elle offre ainsi une grande variété de dispositifs visant à multiplier les expériences proposées, au choix des visiteurs, en fonction de leurs attentes.

La muséographie s’articule autour de plusieurs éléments :

  • Les décors et mises en ambiance

Les états d’esprit d’avant guerre seront replacés dans l’ambiance du moment : la fête impériale, la belle époque et les années folles. Le choix des matériaux, une musique d’époque gaie et entraînante et un éclairage chaud et lumineux les situeront dans une période de paix avant le choc de la guerre.

A l’opposé, l’élaboration des mémoires sera évoquée dans des espaces dédiés, semi-fermés. Ces espaces volontairement plus intimes viseront à créer une ambiance de deuil et de recueillement.

Enfin, l’évocation de l’expérience combattante sera ponctuée par des décors et des reconstitutions à différents moments clés.

  • Les audiovisuels

Les audiovisuels dits de « contextualisation » participeront à l’immersion des visiteurs. Il s’agit de sons d’ambiance et de projections d’images d’archives destinées à contextualiser les collections et les thématiques abordées.

Trois grandes projections de type spectacle seront également proposées, à raison d’un spectacle par conflit, tous étant consacrés à des temps forts de l’histoire des Ardennes : la bataille de Sedan en 1870, le dernier combat de Vrigne-Meuse en 1918 et les combats de l’Aisne en juin 1940.

Informations pratiques

Musée Guerre & Paix en Ardennes
Impasse du Musée
08270 Novion-Porcien
Tel : 03 24 72 69 50
www.guerreetpaix.fr